HTTP://WWW.RENELETOURNEUR.COM

 

 

 

Version Française

English Version

BIOGRAPHIE
1898
René Letourneur naît le 26 Novembre 1898 à Paris

René Letourneur bébé 1899Avec Jacques Zwobada, place des Vosges en 1928

1812 Etudes secondaires au Lycée Charlemagne à Paris.Simultanément suit des cours du soir de dessin à l'école Bernard Palissy. Reçu 2ème au concours général de dessinà l'école de dessin de la ville de Paris.
1916
Admis à l’école des Beaux-Arts dans l’atelier d’Antonin Mercié
1917
Engagé volontaire, il fait ces classes à Chartres.
1918
Blessé et gazé à l’ypérite, citation à l’ordre du régiment, croix de guerre.
1921
Admis en mai à l’école des Beaux-arts à titre définitif dans l’atelier de Jean Boucher dont il apprécie l’enseignement. Il fait la connaissance de Jacques Zwobada. Ces mêmes années, il suit assidûment les réunions du groupe Esprit. Il obtient le premier Prix Chenavard.
1921 à 1926 Travaille pour le sculpteur Gaumont. Habite chez ses parents au 16 place des Vosges, disposant d'un atelier au 14.
1922
Médaille de bronze au salon des artistes français
1925
Médaille d’or de l’exposition des arts décoratifs industriels et de la vie moderne.
1926
En juillet, obtient dès sa première montée en loge le Premier Grand Prix de Rome
de sculpture. Il part pour Rome en décembre, où il séjournera jusqu’en 1930 à la Villa Médicis. Deux chocs esthétiques le marqueront à jamais: au vide de l’atelier dont il prend possession dès son arrivée à la villa et qu’il a quatre ans pour remplir s’oppose la colossale puissance de la Renaissance italienne dont les témoignages l’entourent en contrebas de la Villa Médicis. une confrontation douloureusement vécue. “Mais qu’ai-je donc fait pour mériter cela? Le Prix ce n’est rien! Et qu’est-ce que je pèse face à Donatello et Michel-Ange?”.Dès lors ce n’est pas à un séjour idyllique dans l’un des plus beaux palais romains que René se prépare, c’est à relever un véritable défi: celui que les meilleurs artistes de tous les temps jetteront toujours à ceux qui sont appelés à leur succéder. René dira souvent dans sa vieillesse, “j’ai toujours combattu le dos au mur”, et sans doute faut-il rechercher l’origine de cette remarque dans l’expérience romaine de 1926. C’est alors qu’il voyage en Italie et en Grèce, où il vit un autre choc: Lorsqu’il découvre Delphes, l’Ecole Française d’Athènes exhume encore des trésors. Il faut demander au gardien la clé du hangar où s’entassent les sculptures auprès d’un Aurige victorieux, fraichement sorti de terre. René passe trois jours seul à Olympie. Dans l’atelier de Phidias, on vient de découvrir un torse inachevé. “Tous les creux étaient en place, cernés à la gouge. “Le salaud! il ne lui restait plus qu’à descendre des sommets. Commencer là où, prudemment, nous finissons: seul, Phidias pouvait se le permettre!” Plus tard, il en tirera ce principe:”Une sculpture, c’est la somme des fonds, pas des reliefs”.
1929

L'état lui commande la copie du grand buste du pape Farnèse Paul III en marbre polychrome, toujours conservé au Palais Farnèse à Rome. En décembre, il obtient avec son ami Zwobada, le premier prix du concours pour l’érection à Quito (Equateur), d’un monument à Simon Bolivar, avec un jury présidé par Maillol. La réalisation de ce monument nécessitant trois années, ils construisent un grand atelier à Fontenay – aux – roses. Jacques achète sa maison sur le terrain tandis que René y bâtit la sienne. Ce voisinage déterminera leurs destins.

Vers 1930 - Voyage en Europe avec l’architecte Eugène Beaudouin.

Lire la suite Télécharger la biographie complète