HTTP://WWW.RENELETOURNEUR.COM

 

 

 

Version Française

English Version

ARTICLES

60° ANNEE -No. 18397 - €1.20 -

     FRANCE METROPOLITAINE -JEUDI 19 MARS 2004 - FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MEURY - DIRECTEUR: JEAN-MARIE COLOMBANI

Des oeuvres du sculpteur René Letourneur proposées dans une galerie parisienne

Peu connu du grand public, René Letourneur (1898-1990) fait l'objet d'une exposition à la galerie Martel-Greiner, à Paris où sont proposés des marbres, des bronzes, des terres cuites et des dessins. Médaillé au Salon des Artistes Français dès sa première exposition, en 1922, René Letourneur a très vite été reconnu par ses contemporains. Médaille d'or de l'exposition des Arts Décoratifs et Industriels en 1925 il obtient le Premier Grand Prix de Rome de Sculpture en 1926, puis un jury présidé par Maillol le choisit, en 1929, pour réaliser une commande de l'Etat Equatorien : un monument à Simon Bolivar. Il crée une gigantesque fresque de bronze, de 12 mètres de haut sur 10 mètres de long, où le libérateur, soutenu par des victoires ailées, entraîne la foule de ses combattants. Selon lui, "seul le bronze permettait cet élan et ce mouvement impétueux d'un rêve de liberté". Dès 1940 il s'affirme comme un protagoniste de l'intégration de l'art dans l'architecture, et exécute de nombreux bas-reliefs ornementaux comme Le Tabac, que l'on peut admirer sur la façade d'un immeuble au numéro 67 du Quai d'Orsay.Les années de guerre sont
pour lui une période d'activité intense. Entré dans la Résistance, il se lance parallèlement dans le journalisme et collabore, en 1943 et 1944, à la revue Panorama. De 1950 à 1970, les commandes officielles affluent: monument aux Morts d'Alençon, façade du Lycée Gambetta à Arras, La Seine et L'Oise, deux statues de 5 mètres de long au Pont du Pecq, etc.. Cette demande s'essouffle dans les années 1970, et le sculpture se consacre à l'enseignement jusqu'en 1982, tout en continuant son travail personnel. Ses créations, d'une plastique rigoureuse, répondent à un principe qu'il a appliqué et énoncé: "Une sculpture, c'est la somme des fonds, pas des reliefs." Cette recherche de fonds étaye toute son oeuvre et s'exprime dans les volumes stylisés de ses représentations féminines, son sujet de prédilection. Le critique Pierre Restany, qui lui a consacré un livre en 1999, décrit son style comme un "enveloppement de la forme dans la masse de la pierre". Il relève pleinement de l'esthétique Art Déco. Les terres cuites et les dessins figurent parmi ses pièces les plus accessibles. Au moins cher se trouve un torse de Vénus à patine blanche

(2500 €). La Vague, l'une des plus belles, est symbolisée par un corps féminin en mouvement, tout en courbes et en modelé (6000 €). Les dessins au fusain demeurent de toute évidence des oeuvres préparatoires à la sculpture, avec les ombres et les reliefs soulignés (3000 à 4800 €). Un des bronzes les plus spectaculaires, la Danaé, offre l'originalité d'un portrait féminin à patine dorée (22000 €); l'un des plus petit, Arabesque, souligne le sens du mouvement de ce sculpteur (5000 €). Un peu oublié ces dernières années, Letourneur va être exposé cet automne à New York, au centre culturel du consulat de France et, d'autre part, en plein air dans les rues de la ville, où seront mises en place douze oeuvres monumentales.

Catherine Bedel

Galerie Martel-Greiner, 71 boulevard Raspail, 75006 Paris. Tel.: 01 45 48 13 05 à partir 3 Avril, du mardi au samedi, de 13h00 à 17h00.. Letourneur, par Pierre Restany, édition du Cercle d'art, €75


home